«Consultation» socialiste

Antoine Rochat La Nation n° 2080 29 septembre 2017

Mme Florence Germond, conseillère municipale socialiste lausannoise en charge des finances et de la mobilité, épouse de M. Roger Nordmann, conseiller national socialiste défenseur de la «mobilité douce», affiche une conception pour le moins curieuse de la consultation des milieux intéressés.

Dans le creux de l’été, la Municipalité de Lausanne a pris diverses mesures pour restreindre le stationnement des automobiles en ville et en périphérie (au centre, à Bellerive et au Chalet-à-Gobet) ou pour en renchérir le coût.

Accusée par certains conseillers communaux de ne pas avoir consulté les milieux concernés par ces mesures, Mme Germond s’est défendue devant le plénum en disant que «cela avait été fait dans le respect des procédures, avec une publication dans la Feuille des avis officiels»1.

Selon le Petit Robert, la consultation est «l’action de prendre avis», alors que la publication dans un journal officiel est une décision, sujette à recours. Dans cette affaire, la Municipalité de la capitale vaudoise, quoi qu’en dise Mme Germond, a décidé sans consulter. Pourtant, les socialistes n’ont que la démocratie participative à la bouche…

Face à cette position des gens au pouvoir que l’on peut qualifier d’arrogante, les commerçants lausannois ont lancé une pétition2, qui connaît un grand succès: près de 10’000 paraphes ont déjà été réunis en une quinzaine de jours.

La Municipalité rouge-rose-verte de Lausanne en général, et Mme Germond en particulier, ont commis une faute politique. La marche arrière s’impose à l’évidence.

Notes:

1  Propos cités dans 24 heures du 6 septembre 2017.

2  Vous en trouverez le texte sur le site www.commercants-lausannois.ch, en version imprimable ou en ligne.

Je m'abonne à La Nation

 

 

Coordonnées

           
*
*
 
*
*
*
* champs obligatoires
Page vue 85 fois.
  |   Version imprimable

URL : www.ligue-vaudoise.ch/?nation_id=3745
24.10.2017 - 08:00