Mai 68 à l'Université de Lausanne

L’origine des premiers mouvements de contestation au sein de l’UNIL se trouve au sein du MDE (Mouvement Démocratique des Etudiants) qui œuvra de 1956 à 1964. Nous y trouvons de nombreux politiciens qui firent plus tard de belles carrières.

En mai 68, l’UNIL connaît quelques réunions d’étudiants, dont celle du 22 mai à l’Aula du Palais de Rumine, qui traumatisèrent le nouveau rectorat. Les temps forts de la contestation vont surtout se développer au début des années 70, où les rares étudiants progressistes se passionnaient pour les décolonisations en cours, le tiers-mondisme et la condamnation générale de la guerre américaine au Vietnam.

C’est la création de la LMR (Ligue Marxiste Révolutionnaire) en octobre 1969 à Lausanne qui structura la contestation et qui déboucha sur des actions concertées au sein de l’Ecole des Sciences Sociales et Politiques et à la Faculté des Lettres de l’UNIL. C’est dans ce climat que se situe cet essai d’ego-histoire d’un jeune enseignant en histoire contemporaine à l’Ecole des SSP et à la Faculté des Lettres.

M. François Jequier, Professeur honoraire d’histoire contemporaine à l’UNIL, nous présentera son ouvrage mercredi prochain 5 décembre, à 20 heures, dans les locaux de la Ligue vaudoise, place du Grand-Saint-Jean 1 à Lausanne.

Mercredi 5 décembre 2018
Page vue 792 fois.
  |   Version imprimable

URL : www.ligue-vaudoise.ch/?actu_id=496
18.03.2019 - 18:36