Identification
Veuillez vous identifier

Mot de passe oublié?
Rechercher


Recherche avancée

La Ligue vaudoise

La Ligue Vaudoise est l'organe politique du Mouvement de la Renaissance vaudoise, qui soutient dans tous les domaines le renforcement de l'identité vaudoise.

Elle constitue un mouvement indépendant et hors parti qui voue ses efforts à la recherche du bien commun du Pays de Vaud. Son action porte tout particulièrement sur le fédéralisme, c'est-à-dire sur la défense des souverainetés cantonales.

La Nation paraît sans interruption depuis 1931. Ce journal tire à 2400 exemplaires et paraît tous les quinze jours. Ses rédacteurs et collaborateurs de tous âges sont des bénévoles, et les frais d'impression et d'administration sont couverts par les abonnements.

Les Cahiers de la Renaissance vaudoise, avec plus de cent cinquante ouvrages publiés, proposent des réflexions historiques, politiques, philosophiques ou littéraires.

Les Entretiens du mercredi sont des conférences publiques réunissant un soir par semaine entre quinze et trente personnes pour parler de questions d'actualité ou pour écouter un orateur s'exprimer sur un sujet politique, scientifique ou encore théologique. Ces discussions alimentent utilement nos publications.

La Ligue vaudoise organise aussi divers événements, conférences, séminaires, marches ou abbayes.

La Ligue vaudoise est fondée par Marcel Regamey, Alphonse Morel et Victor de Gautard, en 1926, sous le nom d'Ordre et Tradition. Ils trouvent leur inspiration dans la philosophie classique ainsi que chez les penseurs traditionnalistes ou conservateurs de l’époque: Aristote et saint Thomas pour les fondements philosophiques et théologiques, François-René de La Tour du Pin (1834-1924) pour l’organisation sociale, Georges Renard (1876-1943) pour la doctrine de l’institution, Gustave Thibon (1903-2001) pour sa sagesse originale, Charles Maurras (1868-1952) pour la philosophie politique, en particulier la notion d’empirisme organisateur, à l’opposé diamétral de l’idéalisme politique.

La Ligue vaudoise lance le journal La Nation en 1931, puis se fait connaître plus largement en 1933 en combattant par référendum, avec succès, un projet d’impôt fédéral sur le vin. Dans les années 1940, elle compte environ un millier d’adhérents, dont dix députés au Grand Conseil vaudois et un conseiller d'Etat.

En 1949, la Ligue vaudoise lance la double initiative populaire pour le retour à la démocratie directe, destinée à mettre fin aux pleins pouvoirs accordés au Conseil fédéral durant la guerre. L’initiative est acceptée et inscrit ainsi dans la Constitution fédérale un article permettant aux Chambres de promulguer des arrêtés urgents non soumis, durant une année, au contrôle du peuple ou, sans base constitutionnelle, au contrôle du peuple et des cantons. Au bout d’une année l’arrêté revient au régime ordinaire (art. 89bis de la Constitution de 1874, art. 165 de la Constitution de 1999).

Dans les années 1970, la Ligue vaudoise s'oppose avec succès à plusieurs dispositions centralisatrices (politique conjoncturelle, aménagement du territoire, police fédérale de sécurité), ainsi qu'à la constitution Furgler. Elle défend l´indépendance de la Suisse, en particulier en combattant l'adhésion à l´Organisation des Nations unies lors des votations de 1986 et 2002, ainsi que celle sur l'Espace économique européen en 1992, ou encore l’adhésion de la Suisse à l’UE à 2001. Ces dernières années, la Ligue vaudoise s’est engagée dans différentes campagnes politiques victorieuses pour défendre la capacité défensive de la Confédération (obligation de servir, acquisitions de nouveaux avions de combat).

Au sein du Canton, la Ligue vaudoise a toujours été attentive à l'indépendance des communes et à l'évolution de l'école. Elle promeut la connaissance de l'histoire vaudoise et la diffusion de la culture artistique du Pays de Vaud.

Marcel Regamey

Marcel RegameyMarcel Regamey (1905-1982) a été avocat au barreau du Canton de 1932 jusqu'à sa mort. Il fut bâtonnier de l’Ordre des avocats de 1966 à 1968.

En 1926 déjà, il fonde les cahiers Ordre et Tradition, devenus en 1935 les Cahiers de la Renaissance vaudoise, qu'il animera jusqu'en 1953, avant de les confier à Bertil Galland, dès 1960. En 1931, avec Alphonse Morel et Victor de Gautard, il crée le journal La Nation, d'abord mensuel, puis bimensuel, pour lequel il écrira près de 1300 articles. A Valeyres-sous-Rances, il dirige dès 1945 un cours d'été liant débats intellectuels, lecture de livres et d'articles, travail à la vigne et vie liturgique. Membre du Synode, il participe aux travaux pour la fusion des Eglises réformées vaudoises (réalisée en 1966) ainsi qu’à la mise sur pied du statut de l’Eglise catholique en Pays de Vaud (1962-1974). Pianiste, mélomane averti, il est membre du Conseil d'administration de l'Orchestre de Chambre de Lausanne, préside sa commission musicale de 1974 à 1979 et participe activement aux séances de la commission artistique de la Fête des vignerons de Vevey de 1977.

Ses études sur la formation du Pays de Vaud au Moyen Age, avec le pasteur et historien Richard Paquier, l'amènent à établir que le meilleur régime pour un pays dépend de la façon dont ce dernier a été formé – le Pays de Vaud par les princes Thomas et surtout Pierre de Savoie, Etat territorial dès le XIIIe siècle. Chaque canton de la Confédération ayant son origine et son histoire propres, la Suisse est avant tout une alliance militaire assurant sa défense et son indépendance par l'armée et la diplomatie. C'est la doctrine du fédéralisme.

Olivier Delacrétaz

Olivier DelacrétazOlivier Delacrétaz est né le 19 mars 1947 à Lausanne. Après un baccalauréat classique obtenu en 1966, il part étudier le graphisme à la Kunstgewerbeschule de Zurich où il obtient son CFC. En 1972, il crée l'Atelier Ubu et succède à Bertil Galland à la tête des Cahiers de la Renaissance vaudoise, qu'il dirige de 1972 à 1985.

Il devient président de la Ligue vaudoise en 1977 et assume avec constance le rôle d’éditorialiste de La Nation. Il a publié aux Cahiers de la Renaissance vaudoise une douzaine de livres ou de contributions. Ses dessins humoristiques illustrent régulièrement les numéros de La Nation.

«De sinople à la croix d'argent chargée en pal de la lance du Royaume de Bourgogne de sable». Ainsi se blasonnent les armoiries de la Ligue vaudoise, qui font la synthèse héraldique des trois périodes de l’histoire où le Pays de Vaud a constitué une entité politique.

  • La lance du Royaume de Bourgogne (888-1032), de sable (noir), rappelle la période des rois rodolphiens où le Pays de Vaud est devenu le centre politique d'un Etat rhodanien.
  • La croix d'argent est celle de la Maison de Savoie, sous la protection de laquelle le Pays de Vaud se trouva entre 1219 et 1536.
  • Les couleurs sinople (vert) et argent (blanc) représentent le Pays de Vaud actuel, Etat souverain membre de la Confédération suisse depuis 1803.

La devise est: «Si qua fata sinant» (Si le destin le permet).

Voir aussi le texte «Les armes de la Ligue vaudoise».

VaudNotre action est dictée en premier lieu par notre attachement à notre pays, le Pays de Vaud. Cet attachement passe notamment par la connaissance de son histoire. Voici un aperçu des éléments les plus marquants de l'histoire vaudoise, ainsi que certaines dates importantes à nos yeux.

  • Ier siècle avant JC - IIIe siècle après JC: l'époque romaine
  • 443-534: le royaume burgonde
  • 765: Première mention du Pays de Vaud (pagus waldensis)
  • 888-1032: le second royaume de Bourgogne
  • 1131: rattachement de l'abbaye de Bonmont à l'ordre des cisterciens
  • 1175: construction du donjon du château de Blonay
  • 1207-1536: la période savoyarde
  • 1536-1798: la période bernoise
  • 1723: le Major Davel
  • 1798-1803: la République helvétique
  • 24 janvier 1798: révolution vaudoise, proclamation d'indépendance
  • 1803-1848: le Canton de Vaud souverain
  • 14 avril 1803: première séance du Grand Conseil
  • 1847: scission des Eglises protestantes
  • Depuis 1848: le Canton de Vaud dans la Suisse moderne
  • 1848: première constitution fédérale suisse
  • 1903: centenaire du Canton de Vaud moderne
  • 1947: mort de C. F. Ramuz
  • 1964: exposition nationale, autoroute Lausanne-Genève
  • 1965: fusion des Eglises libre et nationale
  • 1970: université et école polytechnique à Dorigny
  • 1999: nouvelle constitution fédérale
  • 2003: bicentenaire du Canton et nouvelle constitution

Voir aussi le texte «Le Pays de Vaud, un espace au fil du temps».

Nous avons occasionnellement l'occasion de pousser notre réflexion sur certains thèmes spécifiques. En voici un qui a laissé quelques traces écrites, et qui méritera d'être repris un jour ou l'autre.

Voici quelques émissions consacrées à la Ligue vaudoise, ou dans lesquelles des représentants de la Ligue vaudoise se sont exprimés.