Vevey à l’honneur

Yves Gerhard La Nation n° 2113 4 janvier 2019

Nous ne parlerons évidemment pas de la situation politique de la ville, mais de trois livres parus récemment et qui font honneur à la ville de Vevey. D’abord, pour la date et le poids du volume, Entre Arts et Lettres, Trois siècles de rayonnement culturel autour de Vevey et de Montreux (Ed. Infolio). Cet ouvrage, dirigé par David Auberson avec la collaboration d’Ariane Devanthéry, d’Yves Guignard et du soussigné, recense la grande majorité des événements culturels qui se sont déroulés sur la Riviera entre 1700 et nos jours. Il a déjà été présenté ici par Bertil Galland, sous le titre La grande encyclopédie de Vevey et Montreux (No 2100 du 6 juillet 2018). Le livre présente et analyse premièrement les écrivains, les peintres et les musiciens, ceux du cru et les artistes qui ont créé sur les bords du Léman. Jean-Jacques Rousseau, dont La Nouvelle Héloïse a véritablement fait démarrer le tourisme autour de Clarens et du château de Chillon – alors qu’au XVIIIe et au début du XIXe siècle, seule Vevey possédait des hôtels – a fait venir notamment lord Byron, qui a promu dans l’Europe entière le mythe du Prisonnier de Chillon et assuré définitivement le succès touristique de la région. D’où le développement des moyens de transport, bateau, ligne du Simplon, puis les chemins de fer à l’assaut des sommets, avec des affiches vertigineuses reproduites dans l’ouvrage, puis la construction des hôtels Belle Epoque et des résidences signées par des architectes célèbres (Le Corbusier à Corseaux, par exemple). La peinture a permis des filiations et des amitiés qui structurent les chapitres sur ce sujet, et notamment l’Ecole de Vevey, bien représentée et magnifiquement illustrée. Evidemment, les Fêtes des Vignerons sont présentes, mais on n’a pas négligé la presse, les éditeurs, la vie musicale, le jazz bien sûr, le théâtre, le cinéma (un beau chapitre sur Charlie Chaplin), les musées, les églises, les écoles, etc. Les collectifs artistiques récents et la photographie ont droit à des développements importants, qui donnent un bilan original de la création la plus contemporaine. Enfin, nous soulignerons la qualité exceptionnelle de l’iconographie (plus de 500 illustrations), en grande partie inédite et superbement reproduite par l’éditeur et l’imprimeur.

Le deuxième ouvrage, qui se recoupe parfois avec Entre Arts et Lettres, est sorti des Editions de l’Aire quelques semaines après lui. Il s’agit d’un recueil littéraire composé par Michel Moret lui-même, contenant les textes de huitante auteurs, suisses et étrangers, qui ont parlé de la région: Vevey et Lavaux vus par les écrivains. Ce qu’on pourrait appeler «l’esprit de Vevey» y est présent sous de nombreuses plumes. Le choix des auteurs est vaste et nous n’allons pas les énumérer, mais nous donnerons ici le titre des différentes parties: «Invités d’honneur» (Chaplin, Courbet et Clara Haskil), «Vevey cœur et âme», «Les amoureux du lac», «Vignerons en fête» et «Merveilleux Lavaux». L’originalité de cette anthologie est de donner des textes courts, parfois moins d’une page, ce qui élargit l’éventail des écrivains et permet de papillonner de l’un à l’autre, mais nous laisse ici ou là sur notre faim. La fameuse page de Juste Olivier sur la Fête des Vignerons, dans Le Canton de Vaud, sa vie et son histoire (t. I, p. 366-369), aurait heureusement remplacé le poème «Le Léman», par exemple. Mais il fallait choisir, et la variété des styles et des sujets est assurée. Soulignons le texte inédit de Xochitl Borel, collaboratrice à l’Aire, «Les mouettes de Vevey», qui décrit avec humour l’atmosphère de l’avenue du Général-Guisan («Sénégal-Guisan»), par exemple. Chaque texte est précédé d’une notice et d’un portrait des écrivains: ces dessins de Claudio Fedrigo sont le plus souvent bien croqués. «Ce livre a été conçu avec respect et amour», écrit Michel Moret: en effet, amour de Vevey, amour des livres, respect des points de vue, ajoutons: curiosité. Les découvertes sont nombreuses; la brièveté des extraits invite à poursuivre la lecture dans les ouvrages cités avec soin. La belle présentation de ce pavé (472 pages) ajoute à l’agrément de la lecture.

1868-2018: il y a 150 ans qu’a été fondée la Société des beaux-arts de Vevey, devenue Fondation, qui a pris à sa charge la moitié du financement d’Entre Arts et Lettres (l’autre moitié a été assumée par la Fondation pour les Arts et les Lettres – pas un franc de subvention publique!); et la même année 1868 a vu la construction du Théâtre de Vevey, bâti sur l’initiative d’un groupe privé de personnalités veveysannes. Vingt ans plus tard, il devient municipal, et cette belle salle à l’italienne a fait l’objet d’une restauration respectueuse au début des années 1990. Devant la façade historique, on a ajouté une verrière qui a donné à la salle son nouveau nom: le Reflet. Durant des dizaines d’années, le théâtre a été le cadre des concerts d’Arts et Lettres et du Concours Clara Haskil, en plus des représentations dramatiques et des revues. Son anniversaire a fourni l’occasion d’un ouvrage rétrospectif: Histoire d’un théâtre, Du Théâtre de Vevey au Reflet, 150 ans d’histoire (Editions de l’Aire), dirigé par Yves Christen, ancien syndic de la ville, et dont l’essentiel est dû à la plume de Joël Aguet, savant historien du théâtre romand. Généreusement illustré, ce livre relate la vie et les anecdotes liées à la salle de spectacle, mais aussi son architecture et son aménagement, connus pour ses qualités acoustiques. Tout un pan de l’activité culturelle et sociale de Vevey, patiemment réuni, se trouve ainsi à la portée des lecteurs. Bravo au dynamisme de la culture veveysanne!

La note du pédant terminera cet article: ceux qui parlent ou écrivent sur la Fête des Vignerons doivent savoir qu’elle a eu lieu cinq fois au XIXe et cinq fois au XXe siècle, donc plus souvent qu’une fois par génération.

Je m'abonne à La Nation

 

 

Coordonnées

           
*
*
 
*
*
*
* champs obligatoires
Page vue 590 fois.
  |   Version imprimable

URL : www.ligue-vaudoise.ch/?nation_id=4085
27.06.2019 - 14:30