Le danger de la justice personnalisée

Jacques-André Haury La Nation n° 2142 14 février 2020

Jean-François Cavin (La Nation du 31.1.2020) s’inquiète des conséquences possibles de l’acquittement des douze «activistes du climat» par le Tribunal de Police de Lausanne.

Un autre élément doit aussi nous inquiéter: c’est le fait que la presse, de plus en plus souvent, publie le nom du juge (ou du procureur, le cas échéant) qui a rendu le verdict. Il s’agit d’une menace grave sur l’indépendance de la justice. C’est certainement le plus sûr moyen de politiser la justice, puisque le juge doit se préparer aux répercussions qu’il devra endurer personnellement, une fois son jugement rendu. Que ce soit l’opprobre ou le vedettariat. Et on ne peut pas, humainement, lui reprocher d’y être sensible.

De façon plus générale, publier le nom du magistrat qui condamne ou acquitte, c’est le mettre en danger. Le danger qu’une des personnes concernées s’en prenne directement au juge ou aux membres de sa famille et que, progressivement, la justice s’emploie moins à faire respecter le droit qu’à protéger les magistrats des conséquences éventuelles de leur décision.

Une justice indépendante doit être anonyme.

Les journalistes qui choisissent de la personnaliser pour animer leurs colonnes ne mesurent probablement pas leur responsabilité sociale dans le fonctionnement de notre système judiciaire.

Je m'abonne à La Nation

 

 

Coordonnées

           
*
*
 
*
*
*
* champs obligatoires
Page vue 699 fois.
  |   Version imprimable

URL : www.ligue-vaudoise.ch/?nation_id=4392
30.05.2020 - 19:24