Le national-libéralisme

L’époque connaît de nombreuses reconfigurations idéologiques. On prétend désormais que le clivage gauche / droite est dépassé. Pour preuve; l’apparition des mouvements populistes accusés de faire la synthèse d’idées rouge-brunes, c’est-à-dire d’extrême gauche et d’extrême droite. Le mouvement des gilets jaunes subi actuellement une telle critique, ainsi que l’alliance du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue du nord en Italie. Inversement, le parti de la République en marche est défini comme «libéral-libertaire», c’est-à-dire libertaire du point de vue moral et libéral du point de vue économique.

Parmi ces mutants idéologiques on trouve les défenseurs du national-libéralisme, aussi appelés libéraux-conservateurs, dont le principal représentant dans le monde francophone est Henry de Lesquen, ancien membre de la Nouvelle droite. Comme inspirations politiques, celui-ci cite notamment Christoph Blocher et Donald Trump.

Nous présenterons d’abord ce courant politique, puis en proposerons certaines critiques, à l’aide notamment de la pensée de Jean-Claude Michéa. Ce dernier montre de manière convaincante selon nous que libéralisme, conservatisme et nationalisme sont philosophiquement incompatibles. Nous aborderons de même les aspects positifs de ce courant, choisis parmi ses rares incarnations historiques réelles.

M. Lionel Hort, étudiant en droit et rédacteur à La Nation, présentera ce sujet, mercredi prochain 1er mai, à 20 heures, dans les locaux de la Ligue vaudoise, place du Grand-Saint-Jean 1 à Lausanne.

Mercredi 1er mai 2019
Page vue 192 fois.
  |   Version imprimable

URL : www.ligue-vaudoise.ch/?actu_id=527
20.05.2019 - 01:08