Une œuvre forte de Dubugnon

Jean-François Cavin La Nation n° 2139 3 janvier 2020

Avec Helvetia II. Via lemanica, op.61, commande de l’OSR, Richard Dubugnon signe une nouvelle œuvre symphonique d’envergure, dont la qualité a conquis le public du Victoria Hall lors de sa création, le 12 décembre. Il s’agit d’une partition pour grand orchestre (très grand! le même que celui de l’Alpensymphonie de Richard Strauss, donnée le même soir), pleinement moderne et pourtant accessible; mieux: séduisante. Elle évoque la paix de nos contrées lacustres (avec une citation de Jaques-Dalcroze!), mais aussi, à grand fracas, la catastrophe de l’éboulement du Tauredunum en 563 et du tsunami qu’il provoqua.

Ce n’est pas de la musique à programme, même pas vraiment descriptive, mais elle est parlante, pleine de vie, colorée, inventive. Cela nous change de certaines créations contemporaines grinçantes et desséchées. Certains regretteront peut-être que son cheminement nous conduise dans la succession de divers climats plus que dans le développement classique de thèmes principaux. Mais c’est justement les oppositions d’atmosphères, le passage de la tension à l’accalmie, l’enchaînement des idées qui en font la richesse, le tout trouvant son unité dans l’élan de l’ensemble.

Une richesse qui tient aussi, pour parler plus techniquement, au fait que les trois éléments fondamentaux de la musique sont également à l’honneur: des motifs mélodiques originaux et bien frappés, des harmonies somptueuses, hardies sans être crispantes, et des rythmes toujours bien présents donnant une pulsation irrésistible.

Richard Dubugnon, dont nous avions déjà admiré notamment Le Mystère d’Agaune consacré à Saint Victor et créé en 2018 à Ollon, est vraiment un de nos grands compositeurs.

Je m'abonne à La Nation

 

 

Coordonnées

           
*
*
 
*
*
*
* champs obligatoires
Page vue 777 fois.
  |   Version imprimable

URL : ligue-vaudoise.ch/?nation_id=4357
14.08.2020 - 12:23