Identification
Veuillez vous identifier

Mot de passe oublié?
Rechercher


Recherche avancée

Ne compliquons pas!

Olivier Delacrétaz
La Nation n° 2183 10 septembre 2021

La démocratie directe repose moins sur une compréhension détaillée des objets de vote que sur un certain bon sens populaire fait de mesure, de retenue face à l’aventurisme, de souci des intérêts matériels et de méfiance à l’égard des idéologies.

Dans la grande réforme des droits politiques qu’entreprend le Grand Conseil vaudois, il est essentiel que la démocratie directe, parce qu’elle est l’affaire de tous et pas seulement des spécialistes, reste simple d’accès et de pratique. Or, la tendance est de la compliquer, ce qui finit par la dénaturer. Pensons au système du double oui, qui permet d’accepter simultanément deux projets dissemblables et privilégie arbitrairement le changement par rapport à la stabilité. Pensons à la clause de retrait que le texte d’une initiative doit obligatoirement comporter. Elle donne au comité un mini-statut parlementaire en l’instituant représentant des citoyens qui ont signé. Ce droit de retirer l’initiative, c’est-à-dire d’en court-circuiter les signataires, permet au comité de marchander discrètement avec les autorités. Le Grand Conseil va devoir décider s’il fait un pas de plus en introduisant le retrait conditionnel, c’est-à-dire l’institutionnalisation du marchandage, c’est-à-dire un pas de plus vers la complication.

Vous avez de la chance, cet article est en accès public. Mais La Nation a besoin d'abonnés, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous.
*


 
  *        
*
*
*
*
*
*
* champs obligatoires