Identification
Veuillez vous identifier

Mot de passe oublié?
Rechercher


Recherche avancée

Droits politiques populaires et numérisation

Jean-François Pasche
La Nation n° 2179 16 juillet 2021

Dans article publié dans Domaine Public le 10 juin1, Jean-Christophe Schwaab met en garde contre la récolte de signatures sur internet pour les initiatives populaires et les référendums. Ce thème devrait être porté devant le Parlement prochainement. On sera peu surpris de la prise de position de M. Schwaab si l’on connaît son opposition souvent affirmée au vote électronique et à la création d’une identité digitale pour les citoyens suisses.

Selon lui, ce «nouvel avatar de la démocratie du clic» comporte plusieurs dangers, sans pour autant apporter une solution à un problème existant. Au fond, il n’y aurait pas besoin d’aller plus loin dans l’argumentation: le système actuel fonctionne, en témoignent les nombreux objets sur lesquels les Suisses sont appelés à voter. En outre, récolter des signatures «pour de vrai» fait partie intégrante de l’usage des droits populaires. «Convoquer le peuple aux urnes, ça se mérite», écrit-il. Le verdict est sans appel: «Le e-collecting est donc bien une mesure qui relève du solutionnisme technologique: on tente d’introduire un nouvel outil numérique pour résoudre ce que personne ou presque ne considère comme étant réellement un problème.»

Parmi les problèmes apportés par la démocratie du clic, Jean-Christophe Schwaab mentionne le déplacement du débat sur les réseaux sociaux, des médias capables d’influencer l’opinion avec des algorithmes contrôlés par les géants américains de la Tech. Les données générées par un déplacement presque complet du débat politique suisse sur Facebook, Twitter ou autre plateforme numérique seraient une aubaine pour ces dernières! Par ailleurs, pourquoi investir dans des solutions technologiques là où cela n’est pas nécessaire?

Nous admettons suivre M. Schwaab dans son raisonnement. Numériser l’exercice de la démocratie ne nous semble pas nécessaire. Le système actuel fonctionne. Plus important, les Suisses y accordent leur confiance. Il y a bien d’autres domaines où la Confédération peut investir ses ressources, notamment dans la recherche de solutions visant à réduire sa dépendance aux technologies numériques étrangères.

Notes:

1    Jean-Christophe Schwaab, «Démocratie du clic et dérapage menace», Domaine public, N° 2330, 15 juin 2021.

Vous avez de la chance, cet article est en accès public. Mais La Nation a besoin d'abonnés, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous.
*


 
  *        
*
*
*
*
*
*
* champs obligatoires