Identification
Veuillez vous identifier

Mot de passe oublié?
Rechercher


Recherche avancée

Les feux de l’enfer

Le Coin du Ronchon
La Nation n° 2179 16 juillet 2021

Nous connaissons tous ces émissions de télévision qui relatent les grandes catastrophes de notre monde – attentats, tsunamis, graves accidents d’avion ou de train – en maximisant le suspense et en jouant sur nos émotions.

Le journal 24 heures, pour meubler un peu le creux de l’été, s’est lancé dans le même style – avec les moyens du bord, car il est vrai que, à part en politique, notre Canton connaît peu de grandes catastrophes.

C’est ainsi que nous avons découvert, en frissonnant, l’épisode de la «croisée de la peur». Tel est le surnom du principal carrefour de Bussy-Chardonney, qui a la particularité de voir deux routes se croiser! «C’est un miracle qu’il n’y ait pas eu de mort», s’exclame une habitante du village, ce qui nous permet tout de même de conclure qu’il n’y a jamais eu d’accident mortel sur cette croisée de la peur. Mais il aurait pu y en avoir un, et l’article nous dépeint des «automobilistes dont les jambes tremblaient au moment d’appuyer sur l’accélérateur en espérant avoir bien vu la circulation dans un miroir très peu rassurant». (Cette histoire de miroir très peu rassurant nous intrigue. S’agissait-il d’un miroir maléfique qui, en ricanant, montrait à l’infortuné automobiliste l’image d’une route libre alors qu’arrivaient, lancés à pleine vitesse, des camions-citernes géants chargés de produits hautement explosibles?)

Cette peur appartient désormais au passé puisque le carrefour vient d’être équipé de feux; c’était le thème de l’article. Il n’y aura donc plus de catastrophe. (Ou, plus exactement, il continuera à ne pas y en avoir.) A moins que… Les dernières lignes relancent le suspense en révélant qu’avec les nouveaux feux «des files d’attente ont été vues en fin de journée» et que «plusieurs observateurs redoutent le scénario catastrophe en cas d’accident».

La conclusion s’impose: il n’est pas très difficile d’entretenir une peur constante avec des moyens relativement modestes, sans que cela nécessite de faire appel à une task force scientifique.

Vous avez de la chance, cet article est en accès public. Mais La Nation a besoin d'abonnés, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous.
*


 
  *        
*
*
*
*
*
*
* champs obligatoires