Identification
Veuillez vous identifier

Mot de passe oublié?
Rechercher


Recherche avancée

Le PS, l’armée et le Conseil fédéral

Félicien Monnier
La Nation n° 2094 13 avril 2018

Ce docu-fiction sur la grève générale a le mérite de nous rappeler un épisode fondamental et peu connu de l’histoire politique suisse. Il représente, dans sa dernière scène, la lecture du discours de Robert Grimm, prononcé en 1935 et appelant le parti socialiste à soutenir l’effort de préparation militaire. Le film présente cela comme une orientation doctrinale de Robert Grimm, contraint de choisir le moindre de deux maux entre une suisse militariste et la déferlante fasciste. La réalité a été moins romantique: le soutien du PS à l’armée avait été posé comme condition à son entrée au Conseil fédéral.

La Jeunesse socialiste suisse a fait fi de cette mémoire. Depuis plusieurs années elle exige l’abolition de l’armée. Soit! Mais le marché de 1935 est toujours valable. Quitte à demander l’abolition de l’armée, autant accepter de quitter le Conseil fédéral.

Vous avez de la chance, cet article est en accès public. Mais La Nation a besoin d'abonnés, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous.
*


 
  *        
*
*
*
*
*
*
* champs obligatoires