Identification
Veuillez vous identifier

Mot de passe oublié?
Rechercher


Recherche avancée

Les Bains de l’Alliaz

Frédéric MonnierAspects de la vie vaudoise
La Nation n° 1959 25 janvier 2013

Reconnue miraculeuse pour soigner les galeux dès le XVIe siècle, la source d’eau sulfureuse de l’Alliaz, située sur les hauts de Blonay à 1040 mètres d’altitude, a vu se développer un établissement de bains au cours des XIXe et XXe siècles. Quelques hôtes illustres y ont séjourné, comme Ernest Hemingway en 1922 qui décrit l’ambiance de son café dans le roman L’Adieu aux armes. Exploités jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, les Bains de l’ont été transformés alors en un immeuble locatif dans lequel s’installa à la fin des années septante le peintre et sculpteur Jean Hirtzel. Fortement attachée à ce lieu, son épouse vient de publier un livre qui retrace toute l’histoire de ces bains.

[Madeleine Hirtzel, Les Bains de l’Alliaz, Editions Cabédita, 212 p.]

Vous avez de la chance, cet article est en accès public. Mais La Nation a besoin d'abonnés, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous.
*


 
  *        
*
*
*
*
*
*
* champs obligatoires