Identification
Veuillez vous identifier

Mot de passe oublié?
Rechercher


Recherche avancée

Salaires vaudois: notre scoop

Jean-François Cavin
La Nation n° 2165 1er janvier 2021

Une fois encore, une information importante – mais contraire aux idées reçues et si volontiers ressassées – n’a pas fait la «une» de nos journaux, si même elle a été relayée par les médias: dans le canton de Vaud, les bas salaires sont moins nombreux qu’avant, la classe moyenne de rémunération s’élargit et les salaires féminins ont pratiquement rejoint ceux des hommes!

C’est ce que le Courrier statistique, publié par le Service cantonal de statistique, nous apprend dans son édition de décembre 2020. Les postes à bas salaires (moins de 4’000 francs environ à l’heure actuelle) représentaient 15% des emplois en 2008 et seulement 9% en 2018. Le nombre des salariés de la classe moyenne (entre 70% et 150% du salaire médian) a progressé dans le même temps de 65% à 70%. On doit en inférer que la proportion des hauts salaires est restée stable à environ 20%, contrairement à ce que l’on croit parfois.

Quant à l’écart femmes-hommes, il ne cesse de s’amenuiser. Il était de 17,2% en 2008 et n’est plus que de 7% en 2018. Et cette différence s’explique par la nature des emplois exercés, et non par une scandaleuse inégalité. Les hommes occupent davantage que les femmes des postes de cadres supérieurs (8,6% contre 4%). En outre, plus de la moitié des femmes travaille dans trois branches économiques à faible rémunération: santé et action sociale, commerce de détail, hébergement et restauration. Compte tenu de ces faits, l’inégalité «inexpliquée» se réduit à très peu de choses.

A travail égal, salaire égal: on y est. Il n’y a plus d’injustice. On peut rengainer certains slogans et égaliser sereinement l’âge de la retraite.

Vous avez de la chance, cet article est en accès public. Mais La Nation a besoin d'abonnés, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous.
*


 
  *        
*
*
*
*
*
*
* champs obligatoires